Le Foncier est-il absent des priorités du gouvernement ?

Le Premier ministre s’est exprimé hier à l’Assemblée nationale lors d’un discours de politique générale fixant les priorités du gouvernent pour les prochains mois. Alors qu’un travail de concertation sur une future loi foncière est censé être mené cet été, aucune référence à cette loi dans ce discours où nombre de textes ont été annoncés jusqu’à la fin 2020 !
Lire la suite

Publicités

Plan Loups : l’État doit en urgence faire baisser la pression de la prédation

Alors que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) a enfin communiqué son estimation fixant le nombre de 530 loups présents sur le territoire, la Confédération paysanne demande au gouvernement de publier en urgence l’arrêté permettant de relever le pourcentage de prélèvements à 17%, comme annoncé. Lire la suite

Étiquetage de l’origine du miel : apiculteurs, paysan-nes et ONG lancent une pétition pour mettre fin à l’opacité

safe_image.php.jpg

Lien vers la pétition : https://mielinfrance.agirpourlenvironnement.org

La France importe 80% des miels qu’elle consomme (1). Certains pays d’origine pratiquant les prix les plus bas, à commencer par la Chine, sont souvent épinglés pour des fraudes comme l’ajout de sirop de sucres (2). Ces miels de qualité douteuse sont commercialisés à des prix extrêmement faibles, conduisant à tirer vers le bas les tarifs proposés par les négociants aux apiculteurs français.

A ce jour, la réglementation n’oblige pas les négociants de miels à renseigner les consommateurs sur l’origine des miels issus de mélange. Lire la suite

Serres chauffées : la bio doit permettre la relocalisation de la production et non son industrialisation

TUEGUdNbFyITfyY-800x450-noPad.jpg

Le chauffage des serres en hiver ne doit pas être autorisé en agriculture biologique, sauf production de plants et mise hors gel. La Confédération paysanne s’est déjà exprimée sur ce sujet lors de la réunion du Comité bio d’Interfel en quittant ce comité.

La Confédération paysanne soutient donc la pétition initiée par la FNAB. Il est primordial de s’attaquer aussi aux racines du problème car une industrialisation de la production de fruits et légumes n’est pas la réponse adéquate au besoin de relocalisation. Lire la suite

Opération nature morte au siège de Bayer-Monsanto

D7Ju9IsXkAIRtMF

Ce mercredi 22 mai à 8h, 70 militant·e·s de la Confédération paysanne, d’Attac, d’Extinction rebellion et de RadiAction ont envahi le hall d’entrée du siège de Bayer-Monsanto France, à La Garenne-Colombes (Île-de-France), pour y installer une scène de chaos environnemental et sanitaire. Vétu·e·s de combinaison blanches, les activistes ont dénoncé les ravages causés par Bayer-Monsanto qui engendrent une société toxique pour les paysan·ne·s, les citoyen·ne·s, la biodiversité et l’environnement. Lire la suite

Fruits et Légumes : Protéger les producteurs et productrices avec des prix minimum d’entrée sur le marché national

 

 

D6rgMKSXkAAsQZd.jpg

Alors que la fraise et la tomate sont entrées en crise conjoncturelle, la Confédération paysanne a organisé une action, ce jeudi 16 Mai, dans les Pyrénées-Orientales pour dénoncer la concurrence déloyale vécue par les producteurs-trices de fruits et légumes en France. Une cinquantaine de paysan-ne-s ont organisé un barrage filtrant sur l’A9, au péage Le Boulou, pour défendre l’instauration de prix minimum d’entrée sur les fruits et légumes importés.

Largement oublié des politiques agricoles et abandonné au « libre marché », le secteur des fruits et légumes s’effondre. En France, 1/3 des surfaces a disparu en 25 ans, 29% des fermes fruitières ont disparu en 6 ans et la moitié des fruits et légumes consommés sont désormais importés. Pour l’essentiel, ces importations, conventionnelles ou biologiques, proviennent du Marché Unique Européen (Espagne, Italie, Allemagne…), où des règlementations et pratiques sociales au rabais (niveau des salaires, droits sociaux) confèrent à ces fruits et légumes un avantage artificiel sur le marché français. Lire la suite

Abricots : quand Interfel attaque les circuits courts

apricot-1556851__340

Le conseil d’administration d’Interfel, l’interprofession de la filière fruits et légumes, a voté Mardi 14 Mai pour renouveler une norme qui sera désormais contrôlée sur les étals des producteurs d’abricots sur les marchés. Seule la Confédération paysanne a voté contre.

Il s’agit d’imposer à la vente directe d’abricots les règles de calibrage et d’emballage actuellement en vigueur pour les détaillants. Pour satisfaire les contrôles, les paysannes et paysans vendant leurs produits en direct seront ainsi obligés de s’équiper en matériel de calibrage coûteux et de sceller tous les abricots à confiture dans des emballages fermés. Lire la suite