Loups

Mesures de protection en Ardèche: Formulaires de demande à déposer avant le 31 Mai 2019

le Préfet de l’Ardèche a révisé, par arrêté du 29 janvier 2019, la liste des communes où des mesures de protection des troupeaux contre les grands prédateurs prévues dans le Plan loup 2018-2023 pourront être financées au titre de 2019. Cette révision de la liste des communes éligibles s’appuie sur la présence effective du loup démontrée grâce aux indices de présence et aux constats d’attaques constatées sur les années 2017 et 2018.

Les communes éligibles en 2019 sont les suivantes :

– en cercle 1 : ASTET, LE-BEAGE, CELLIER-DU-LUC, COUCOURON, CROS-DE-GEORAND, ISSANLAS, ISSARLES, LACHAPELLE-GRAILLOUSE, LANARCE, LAVEYRUNE, LAVILLATTE, LESPERON, MAZAN-L’ABBAYE, LE-LAC-D’ISSARLES, LE-PLAGNAL, SAINT-ALBAN-EN-MONTAGNE, SAINT-CIRGUES-EN-MONTAGNE, SAINTE-EULALIE, SAINT-ETIENNE-DE-LUGDARES et USCLADES-ET-RIEUTORD ;

– en cercle 2 : BARNAS, BOREE, BORNE, BURZET, CHANEAC, LACHAMP-RAPHAEL, LACHAPELLE-SOUS-CHANEAC, LA-ROCHETTE, LE-CHAMBON, LE-ROUX, MAYRES, MONTPEZAT-SUR-BAUZON, MONTSELGUES, PEREYRES, SAGNES-ET-GOUDOULET, SAINT-ANDEOL-DE-FOURCHADES, SAINT-CLEMENT, SAINT-LAURENT-LES-BAINS-LAVAL-D’AURELLE, SAINTE-MARGUERITE-LAFIGERE, SAINT-MARTIAL, LA-SOUCHE.

Les éleveurs de petits ruminants dont les cheptels pâturent sur les communes éligibles ont jusqu’au 31 mai 2019 pour déposer leur formulaire de demande d’aide à la DDT de l’Ardèche.

Les formulaires de la mesure « 07.62 – Protection des troupeaux contre la prédation » sont disponibles sur le site : https://www.europe-en-auvergnerhonealpes.eu/appel-projet/protection-des-troupeaux-contre-la-predation

Carte Zonage des aides à la protection des troupeaux contre la prédation du loup 2019 (22/02/2019)

Rapport « Chiens de protection: quand les éleveurs forgent leurs savoirs dans les Alpes » (Mars 2019)

Documents

Contribution de la Confédération paysanne suite à la présentation du Plan détaillé du Plan National d’Actions 2018-2023 sur le loup, dans le respect des activités d’élevages (Dec 2017)

Contribution Confédération paysanne Plan Loup 2018-2023 – A LIRE EN CLIQUANT ICI

Rapport INRA-CERPAM: « L’adoption des moyens de protection des troupeaux sur le territoire des Grands Causses permettrait-elle aux systèmes d’élevage ovins de rester viables face à l’arrivée des loups ? »

couv Mémoire Inra-Cerpam

Ce qu’en dit la Conf’

Infos

Documents

  •  Un rapport du CGAAER recommande « d’activer au maximum, voire d’élargir les possibilités réglementaires pour limiter l’implantation du loup » afin de préserver l’agropastoralisme des Causses et des Cévennes.

Dans un récent rapport sur la pérennisation des pratiques agropastorales extensives sur le territoire Unesco des Causses et des Cévennes (A lire en cliquant ICI), le CGAAER (Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux) constate une diminution de la surface agricole du fait de la réduction de la pression de pâturage, dans les secteurs les plus éloignés et difficiles et une tendance forte à l’intensification de l’élevage.

Consultation publique de Juillet 2017 sur l’arrêté Loup 2017-2018

Ce que nous en disons:

Le nombre maximum est fixé entre 36 et 40 individus pour la période du 1er juillet 2017 au 30 juin 2018. Nous ne pouvons être que surpris que le nombre de 40 soit annoncé alors que tous les indicateurs (population de loups, constats et victimes) sont à la hausse.

L’analyse des conditions de viabilité à long terme de la population de loups en France réalisé par l’ONCFS et le MNHN évoquait l’hypothèse d’une stabilisation des effectifs de loups depuis 2014 due à l’augmentation des prélèvements. Cette hypothèse vient d’être écarté par le dernier bilan du suivi hivernal (2016-2017) de la population de loups qui confirme les ressentis des éleveurs sur le terrain. L’effectif total estimé par l’ONCFS en sortie d’hiver 2016-2017 est d’environ 360 loups, il était de 292 l’hiver précédent. Le nombre de zones de présence permanente (ZPP) augmente passant de 49 ZPP détectées en sortie d’hiver 2015-2016 à 57 ZPP dont 42 ZPP constituées en meutes.

Le pourcentage de loups prélevés représente environ 14% des effectifs estimés en 2015 et 2016.

Bilan ONCFS Nombre de ZPP Dont meutes Nombre de loups moyen estimé Arrété

Plafond de prélévement

Plafond

/

Nbr moyen estimé

Hiver 2014-2015 42 30 280(206-352) 38 13,57% 2015-2016
Hiver 2015-2016 49 35 292(214-370) 40  13,69% 2016-2017
Hiver 2016-2017 57 42 360(265-402) si 40

si 49

9 %

13,6 %

2017-2018

 Depuis 2014 les prélèvements dérogatoires réalisés en France n’ont pas eu d’incidence sur l’augmentation de la population par contre les dommages aux troupeaux n’ont cessé d’augmenter. Les plafonds de prélèvement depuis 2004 ont été plus que prudent en définissant des plafonds annuels (à l’aide du « modèle  Chapron ») qui garantissent l’augmentation de la population de loups. A cette prudence s’ajoute une réalisation partielle des prélèvements. Depuis 2004, l’addition des plafonds de prélèvements annuel est égal à 198 loups (comprenant les 40 en 2017). Sur ces 198 autorisations, 125 loups ont été tués (dont 15 braconnés) soit 63 % de prélèvements réalisés sur le total des plafonds.

D’aprés le « modèle Chapron » le prélèvement maximum de 40 loups pour la période 2016-2017 donnait 57% de « chance » que la population soit stable ou en hausse et 43 % de « chance » qu’elle soit en baisse.

Nous sommes convaincus que le taux de prélèvement doit être revu à la hausse car sinon nous continuerons à subir une augmentation constante des dommages malgré les moyen de protection, il y a urgence !

Le nombre de prélèvements nous importe tout autant que le mode de prélèvement, nous souhaitons que les prélèvements soient ciblés et réalisés avant tout par la brigade d’intervention « loup » qui a fait ses preuves l’année précédente en éliminant des loups en situation de prédation. Une avancée majeure dans la cadre du Plan d’action national Loup.

En 2016, plus d’une centaine de situations graves avec des dommages récurrents et importants ont été constatées sur des troupeaux protégés. Elles ont conduit à plus d’une centaine d’ autorisations de tirs de défense renforcés et des tirs de prélèvements. Comment peut-on constater plus d’une centaine de situations graves en répondant par un prélèvement maximum de 40 loups? Combien de situations graves resteront encore sans réponse cette année?

Le principe de gestion adaptative préconisé par le MNHN et l’ONCFS démontre la nécessité de sortir de cette gestion de population qui ne répond pas à la détresse des éleveurs.

 

Publicités