Plaidoyer pour l’élevage paysan: Paroles Paysannes sur les relations Homme-Animal

 

Télécharger ICI le livre « Paroles paysannes » et retrouvez  45 témoignages paysans (dont 4 d’Ardèche !)

Ce livre défait un certain nombre d’idées reçues sur l’élevage car les critiques adressées ne font pas la distinction entre les fermes paysannes et les unités industrielles de production animale.

L’appel à la baisse de la consommation de viande et autres produits animaux, compréhensible dans les pays occidentaux où il existe de la surconsommation et du gaspillage, est bien trop généraliste et simpliste. Le risque est que les premiers touchés soient les éleveurs paysans, pourtant essentiels à nos territoires, bien plus que les firmes de l’agrobusiness. La question sociale d’une alimentation de qualité accessible à tous et toutes nous semble incontournable aujourd’hui et pourtant dramatiquement écartée du débat de société.

Cette communication intempestive sur les dangers des produits animaux engendre des amalgames et raccourcis trompeurs pour le citoyen. L’élevage serait alors forcément « polluant », la domestication animale « une exploitation » des animaux, le végétal serait forcément plus « vertueux », « le vert » ne pourrait être associé à l’élevage. Or, les systèmes agricoles et alimentaires sont bien plus complexes.

La Confédération paysanne est à même de défendre l’élevage paysan, en restant pleinement ouverte aux attentes et préoccupations citoyennes. Nous sommes convaincus que l’agriculture paysanne est la voie pour intégrer le défi climatique à venir, la relocalisation de nos systèmes alimentaires, l’urgence de la préservation de nos écosystèmes et d’une rémunération paysanne équitable ainsi que les enjeux d’emploi et de renouvellement des générations dans les zones rurales et de répartition des richesses, ici et ailleurs.

Ce plaidoyer à l’élevage paysan est sans détours. Il n’empêche aucunement la Confédération paysanne de continuer à pointer du doigt les dérives du système agricole et alimentaire actuel : développement des fermes-usines, concentration des ressources génétiques, perte de biodiversité, perte de sens du métier d’éleveur-euse par un lien Humain/Animal distendu dans les unités de production animale industrielles, freins à la transition agricole, dérégulation des marchés, etc.

C’est en ne fermant pas les yeux sur les tendances délétères actuelles que nous mettrons en avant au mieux les modèles de polyculture-élevage, d’élevage herbager et pastoral qui façonnent la France.

L’élevage paysan est vert, du lundi au dimanche !

Télécharger ICI le livre « Paroles paysannes » et retrouvez  45 témoignages paysans (dont 4 d’Ardèche !)

 

 

Publicités