PAC 2020 : la France doit porter un changement de paradigme

pac vue du sol

Alors que l’agriculture française continue de voir disparaître des milliers de fermes par an, le projet de la France pour la PAC post 2020 ne prend toujours pas en compte les dérives majeures d’un modèle agricole pourtant à bout de souffle.

Le projet de la Commission européenne, quant à lui, ne remet pas en cause un système d’aides PAC très majoritairement captées par l’industrie agroalimentaire au détriment du revenu des paysan-ne-s et de la qualité alimentaire pour les consommateurs. Pire, il met fortement en avant une « agriculture intelligente » appuyée sur les technologies numériques et la bio-économie pour relever les défis de demain. Nous ne partageons pas cette vision. L’agriculture réellement « intelligente », pour nous, c’est l’agriculture paysanne car elle permettra d’installer de nombreux paysan-ne-s, de répondre aux enjeux climatiques, sociaux, environnementaux et territoriaux et aux demandes des consommateurs.

Pour la Confédération paysanne, la véritable solution pour l’agriculture et l’alimentation se trouve dans la maîtrise et la répartition des productions, la régulation des marchés, l’harmonisation des règles européennes, mesures indispensables pour garantir du prix et obtenir des revenus.

La France et l’Europe ont décidé de maintenir pour la prochaine programmation l’essentiel des dispositifs de répartition des aides directes à l’hectare dont nous avons toujours condamné les dérives. Nos priorités pour une PAAC plus juste et favorable à l’emploi paysan sont :

  • une meilleure répartition des aides grâce à une majoration significative et dégressive sur les premiers hectares ; une dégressivité et un plafonnement des aides par actif et une aide aux « petites fermes » ;
  • la transition vers l’agriculture paysanne avec un budget fort pour les MAEC et la « bio » ; une rémunération des pratiques favorables à l’environnement, à la biodiversité et au climat ; des aides couplées au service de la transition des modèles de production agricole
  • une reconnaissance de la valeur alimentaire des surfaces pastorales pour troupeaux ;
  • un soutien fort aux handicaps : indemnité compensatrice de handicap naturel (ICHN) et programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) ;
  • la création d’un fonds professionnel mutuel et solidaire pour faire face aux aléas climatiques exceptionnels.

Ce sont toutes ces propositions que la Confédération paysanne portera vendredi 14 décembre lors de la réunion organisée au Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

 Le projet PAAC post 2020 de la Confédération paysanne à LIRE EN CLIQUANT ICI

Publicités